Education, formation, emploi, masters, grandes écoles et recherche. Observatoire Boivigny.

Observatoire Boivigny, informations et analyses sur l'enseignement supérieur


        

Université Internationale de Monaco : la Principauté aussi a son école de commerce


À l’agonie au tournant des années 2000, l’Université de Monaco s’est refait une santé avec de nouveaux propriétaires. C’est aujourd’hui une business school sans complexes, qui grimpe peu à peu dans la hiérarchie des écoles. Histoire d’une transformation assez réussie.



Université Internationale de Monaco : la Principauté aussi a son école de commerce
En 2001, l’University of Southern Europe, une petite business school implantée à Monaco depuis 1986, connaissait de graves difficultés financières. Maxime Crener, ancien directeur de l’Ecole de management de Marseille (l’actuelle Euromed) et du CERAM (désormais fusionné avec l’ESC Lille sous le nom de SKEMA), a alors racheté l’école avec six partenaires. À l’époque, ils ont injecté 600.000 euros dans la structure et augmenté le capital de 150.000 euros à 1.500.000 euros. Un an plus tard, les autorités monégasques les autorisaient à renommer l’établissement Université Internationale de Monaco (UIM). La deuxième vie de l’école pouvait commencer.

Pour Maxime Crener, il n’y avait qu’une chose à faire : développer des programmes qui puissent être rapidement reconnus à l’international en s’appuyant sur les atouts de la Principauté. « Monaco, c’est un nom qui parle à l’imaginaire des gens, c’est aussi un lieu où se croisent beaucoup de nationalités », explique le président de l’UIM, « nous nous sommes appuyés là-dessus pour développer nos trois pôles : la finance, le luxe et le business international ». Il choisit aussi d’utiliser l’anglais comme unique langue d’enseignement.

32 profs

Université Internationale de Monaco : la Principauté aussi a son école de commerce
Un des premiers objectifs de la nouvelle direction fut de décrocher une accréditation de renommée internationale. À cette fin, elle recruta une équipe de 23 professeurs à temps plein, dont, en grande partie, des doctorants en fin de thèse. « Aujourd’hui, nous avons 32 professeurs de 18 nationalités différentes, tous sont docteurs », explique Maxime Crener. En 2006, quatre ans après la reprise de l’école, l’UIM obtint l’accréditation AMBA pour ses MBA à plein temps et executive. Dans le même temps, l’UIM a mis en place un partenariat avec l’université de Nice pour permettre à ses étudiants thésards d’obtenir un doctorat français. Les premiers docteurs co-diplômés des deux établissements soutiendront en 2010.

De 2002 à aujourd’hui, l’UIM est par ailleurs passée de 300 à 400 étudiants (200 en bachelors, 200 en master et en MBA). Ils viennent de partout dans le monde. « Nous avons mis l’accent sur le multiculturel. Sur une cohorte de 30 étudiants, il n’est pas rare que nous ayons une vingtaine de nationalités différentes, mais il y a très peu de Français ».

Un budget de 5 millions d’euros

Université Internationale de Monaco : la Principauté aussi a son école de commerce
À terme, l’UIM envisage d’augmenter encore ses effectifs de 50 % pour atteindre 600 étudiants, la masse critique pour un développement financier pérenne, selon les dirigeants de cet établissement. Pour le moment, l’école joue sur sa petite taille pour se distinguer : elle affiche un professeur pour 12 étudiants et des groupes qui ne dépassent jamais 30 étudiants. Son budget actuel est très faible, de l’ordre de 5 millions d’euros, et provient essentiellement des droits d’inscriptions très élevés. « Nous sommes légèrement au-dessus des prix du marché pour les bachelors, que nous facturons 40.000 euros pour la totalité du diplôme (trois ans) contre 30.000 euros chez nos concurrents », reconnaît le président de l’UIM. Quant aux programmes master, ils sont facturés 15.000 à 17.000 euros pour dix mois de scolarité, ce qui est très supérieur à ce que font payer les business schools françaises. À l’inverse, les MBA de l’UIM coûtent 25 000 euros pour dix mois de scolarité, ce qui est inférieur aux prix généralement pratiqués sur ce créneau très lucratif.

À leur entrée sur le marché du travail, les diplômés d’un master de l’université de Monaco peuvent espérer un salaire de 60.000 euros brut par an fait valoir l’établissement, ce qui paraît relativement élevé. Quant aux titulaires d’un MBA de l’UIM ils gagneraient 85 000 euros par an, selon la direction.

Une équipe de direction restreinte

Université Internationale de Monaco : la Principauté aussi a son école de commerce
L’équipe de l’école monégasque est restreinte. Deux personnes sont chargées d’aider au placement des étudiants, deux sont en charge de la communication, il y a un directeur de recherche et la vice-présidente de l’Université n’est autre que la femme de Maxime Crener. Ce dernier reconnaît d’ailleurs que le développement de l’école reste fragile et travaille à solidifier la structure. Il envisage ainsi de préparer l’accréditation EQUIS en 2011, ce qui représente un investissement compris entre 500.000 euros et 1 million d’euros. Il souhaite aussi agrandir les locaux, car les 2.000 mètres carrés actuels ne suffiront pas si les effectifs doivent encore augmenter.

Maxime Crener pense également à développer de nouveaux cours, toujours en restant sur des niches et en s’appuyant sur l’image ou les intérêts de Monaco : un pôle développement durable, un autre sur le sport et le développement international. Pour réaliser ses projets, le président de l’UIM cherche de nouveaux partenaires. Il espère d’ailleurs que les autorités monégasques mettront la main à la poche. Après tout, l’UIM contribue à développer l’image de Monaco dans un secteur qu’on ne lui connaissait pas : l’enseignement supérieur.

17/01/2010
David Allais
Notez

Voir aussi : amba, bachelor, international
Lu 25517 fois


Commentaires des lecteurs

1.Posté par Kent le 20/01/2010 10:59

Quand vous écrivez que cette école "grimpe dans la hiérarchie" vous faites allusion à quel(s) classement(s) exactement ?
Quand vous reproduisez sans commentaire l'annonce que l'école "envisage" EQUIS, vous vous mettez au service de la communication de l'école. EQUIS est totalement hors de sa portée, mais écrire ça fait croire qu'elle est presque du niveau.
Une très petite école de commerce privée, d'autant plus chère qu'elle est peu sélective, qui s'attribue le nom d'université, ça ne méritait pas un minimum de prise de distance ?
Je croyais que la mission de Boivigny était d'informer sur l'enseignement supérieur, pas de soutenir le petit commerce.

2.Posté par Allais David le 20/01/2010 12:44

Bonjour,

Le MBA de l'Université de Monaco se classe autour de la 40eme place depuis 2007 dans le classement de The Economist. Que l'école "grimpe dans la hiérarchie" depuis qu'elle a été reprise, ne signifie pas qu'elle est dans le top 10.
Le directeur de l'école envisage de passer EQUIS d'ici un an et prépare les fonds nécessaires pour cela. EQUIS jugera si l'UIM mérite l'accréditation ou pas. Mais n'oubliez pas que la question des structures et de l'argent investi compte beaucoup dans ces accréditations.
Monaco n'étant pas sous souveraineté française, rien ne l'empêche de se dénommer université. D'ailleurs, dans le reste du monde, il n'y pas d'écoles, mais des universités, y compris de petite taille.
L'IUM, autrefois totalement inconnue, désormais plus présente dans le paysage et qui travaille avec l'université française, méritait un éclairage. Libre à chacun de se faire son opinion à partir des éléments factuels qui sont donnés dans l'article.

3.Posté par Kent le 20/01/2010 13:47

Le classement de The Economist, c'est bien celui qui classe l'Université de Monaco avant Oxford ?
Pouvez-vous citer une seule "université" dans le monde qui a 400 étudiants, tous dans la même discipline ? Hormis les universités "bidon" qui vendent des diplômes sur internet, bien sûr.
Chacun est libre de se faire son opinion, effectivement. La mienne est que votre article est complaisant.

4.Posté par xvxcvxc le 31/01/2010 13:23

une université moyenne, pour le meme prix un peu faire un MBA a Montreal MCGILL, Canada

5.Posté par xvxcvxc le 31/01/2010 13:25

qui est dans les 10 premieres...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires sont modérés a posteriori. Nous acceptons volontiers la critique de nos articles, les précisions et corrections apportées par les lecteurs ou l'ouverture de débats contradictoires en lien avec le sujet abordé. À l'inverse, nous nous réservons le droit d'effacer tout commentaire que nous considérons comme diffamatoire ou hors-sujet.

Sur le même sujet
< >

Journalisme / Communication | Enseignement | Ecoles de commerce | Classements | Ecoles d'ingénieurs | International | Sciences-Po | Vie universitaire








Chercher sur le site