Education, formation, emploi, masters, grandes écoles et recherche. Observatoire Boivigny.

Observatoire Boivigny, informations et analyses sur l'enseignement supérieur


        

Il y a 10 ans, le rapport Attali…




La mobilité des enseignants est en cours de discussion

...
Les auteurs du rapport Attali avaient une vision bien précise de ce que devait être la mobilité des enseignants. Ainsi, proposaient-ils que « le statut de professeur des universités (soit) accordé à des enseignants ayant exercé leur activité au moins dans deux établissements d’enseignement supérieur ou de recherche et ayant notamment fait la preuve de leurs qualités pédagogiques et de leur capacité à diriger des travaux de recherche ». Ils proposaient aussi qu’ « un enseignant-chercheur ne (puisse) mener toute sa carrière là où il a obtenu son doctorat ».

En outre, ils insistaient sur le fait qu’aucun enseignant ne (devait) remplir trop longuement la même fonction. « La mobilité géographique des enseignants étant la règle, elle devra pouvoir être associée à une mobilité fonctionnelle », conseillaient les auteurs.

Où en est-on ?

Valérie Pécresse a ouvert à la mi-décembre les chantiers concernant « Les carrières des personnels de l’université » et « le statut des jeunes chercheurs et des enseignants-chercheurs ». Dans les deux cas, la mobilité des enseignants est inscrite à l’ordre du jour. Les discussions sont donc lancées.
...

rapport_Attali_98.pdf rapport Attali 98.pdf  (504.73 Ko)


22/01/2008
Notez

Lu 66022 fois


Commentaires des lecteurs

1.Posté par Jip le 23/01/2008 19:01

Le rapport Attali de 1998 a de grands mérites, en particulier d'avoir diffusé en France le modèle baptisé plus tard LMD. Mais dire comme certains, y compris l'auteur, qu'il est à l'origine du modèle serait tout à fait inexact. Non seulement parce que cette question était en débat depuis des années chez les spécialistes, mais parce que certains pays européens avaient déjà fait cette réforme en 1998. Ce n'était pas un acte de visionnaire, juste un rattrapage.
En second lieu on peut dire effectivement que les problèmes de notre enseignement supérieur sont posés depuis plus de vingt ans. Et que l'on commence seulement à s'y attaquer. Mais il faudrait faire un inventaire plus précis.
Vous remarquerez que si dans son rapport de 1998 Attali propose de mettre en cause le monopole de l'X et de L'ENA, il n'en parle plus dans son rapport de 2008, qui pourtant consacre de long développement aux "professions fermées". A-t-il conclu que mettre fin au monopole des taxis était plus urgent que d'ouvrir au monde la haute fonction publique ?

2.Posté par lyas le 24/01/2008 10:59

salut,
je te cite;"Attali propose de mettre en cause le monopole de l'X et de L'ENA, il n'en parle plus dans son rapport de 2008"

As-tu pris le temps de bien lire?


Journalisme / Communication | Enseignement | Ecoles de commerce | Classements | Ecoles d'ingénieurs | International | Sciences-Po | Vie universitaire








Chercher sur le site