Education, formation, emploi, masters, grandes écoles et recherche. Observatoire Boivigny.

Observatoire Boivigny, informations et analyses sur l'enseignement supérieur


        

Décrocher le diplôme d’une grande école quand on a plus de 30 ans


Cela se sait peu, mais les diplômes des grandes écoles de commerce sont accessibles aux professionnels en activité, quel que soit leur âge. Pour peu qu’ils aient de substantielles économies de côté, les cadres en mal de labels sur leur CV peuvent s’offrir mastères spécialisés, MBA, Executive MBA ou encore AMP (Advanced Management Program) des plus grandes écoles.



Jusqu’à il y a encore dix ans, les écoles de commerce françaises se concentraient avant tout sur leur diplôme phare, le cursus dit « grande école », accessible après les classes préparatoires. Mais l’intensification de la compétition internationale les a obligées à développer, parfois à marche forcée, leur offre en matière de formation continue (« executive education »). Les mastères spécialisés à temps partiel, ainsi que les cursus diplômants dans le cadre de l’ « executive education » sont aujourd’hui devenus monnaie courante. « L’executive education, c’est à la fois une ressource importante et une obligation pour les business schools, explique Bernard Ramanantsoa, directeur général de HEC Paris. Une ressource puisqu’elle contribue à hauteur de 35 à 40% de notre budget de 100 millions d'euros. Une obligation puisqu’il n’est pas concevable aujourd’hui de se positionner sur le plan international sans disposer d’un MBA, d’un Executive MBA et de tout un panel d’autres cursus diplômants ».

Pour se spécialiser, l’Executive Mastère Spécialisé (28-35 ans)

Décrocher le diplôme d’une grande école quand on a plus de 30 ans
Les « Executive MS » (EMS) ont la cote : en plein développement, ils permettent aux cadres d’approfondir une expertise ou de préparer une reconversion dans un nouveau secteur ou une nouvelle fonction.

HEC en propose huit, dont deux Msc (version internationale de l’EMS) en partenariat avec l’université d’Oxford, « Consulting and Coaching for Change » et « Reinventing Management » (44 900 euros chacune). Les six autres executive mastères spécialisés disponibles – en gestion des ressources humaines, achats ou encore en finance – sont facturés de 21 000 à 23 000 euros. L’ESCP en a également huit en portefeuille, dont un en partenariat avec Supelec (Business consulting), un en partenariat avec l’Institut Français du Pétrole (Energy Management) et un autre avec l’Ecole des Mines de Paris (Sécurité Industrielle). Facturés 20 000 à 22 000 euros, ils sont réservés aux diplômés bac+5 avec au moins trois années d’expérience. Les participants ont 33 ans en moyenne.
À l’Essec, ces parcours valent entre 15 000 et 19 000 euros, pour des promotions allant de 15 à 40 participants. L’école de Cergy-Pontoise aligne dix programmes à temps partiel, dont un cursus en management des Industries de Santé en partenariat avec l'Université René Descartes. « Outre de hauts potentiels assez jeunes et déjà dotés d’un solide bagage universitaire, nous accueillons aussi dans nos programmes des professionnels de 35 à 40 ans désireux de formaliser des connaissances et une pensée acquise sur le terrain », souligne Michel Fender, directeur de l’Essec Executive Education.

02/05/2010
Antoine Teillet
Notez

Voir aussi : em lyon, escp, essec, hec, insead, lse, master, mastère, mba, vae
Lu 19397 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les commentaires sont modérés a posteriori. Nous acceptons volontiers la critique de nos articles, les précisions et corrections apportées par les lecteurs ou l'ouverture de débats contradictoires en lien avec le sujet abordé. À l'inverse, nous nous réservons le droit d'effacer tout commentaire que nous considérons comme diffamatoire ou hors-sujet.

Sur le même sujet
< >

Journalisme / Communication | Enseignement | Ecoles de commerce | Classements | Ecoles d'ingénieurs | International | Sciences-Po | Vie universitaire








Chercher sur le site